Photo du diable rouge Kevin De Bruyne

Kevin De Bruyne

Les joueurs de l'équipe nationale belge de football

Kevin De Bruyne, ce diable rouge

Révélation des qualifs pour le Brésil, Kevin de Bruyne est un médian offensif et créatif. Après trois saisons pleines à Genk, il signe en 2012 à Chelsea, qui le prête au Werder Brême. Il s’impose en Allemagne, mais à son retour, n’est jamais aligné par Mourinho. Il retrouvera du temps de jeu à Wolfsburg. Aussi à l’aise à l’assist que face au but, son gentil minois cache en réalité un redoutable joueur.

Quoi de neuf sur ce Diable de Kevin De Bruyne

  • Des Diables Rouges prolifiques avant les prochains matchs face à Chypre et Israël!

    Parmi les diables, certains attaquants ont passé l’hiver dans le doute. Mais à quelques jours du match contre Chypre, comptant pour les qualifications pour l’Euro 2016 en France, ils retrouvent leurs sensations et reviennent au premier plan.

    Les deux exemples les plus flagrants sont Romelu Lukaku et Divock Origi, mais d’autres ne sont pas en reste:

    • Romelu Lukaku auteur de 7 buts en 4 rencontres d’Europa League. Après une longue période de disette, le grand Romelu retrouve enfin son sens du but.
    • Divock Origi auteur d’un triplé avec le LOSC contre Rennes lors de la dernière rencontre de Ligue 1.
    • Christian Benteke a marqué 3 buts lors des 2 derniers matchs de championnat.

    N’oublions pas Kevin de Bruyne, qui a (encore) planté deux buts à l’inter en Europa League et un autre à Fribourg lors de la dernière rencontre de Bundesliga. Eden Hazard  aussi continue sur sa lancée; il a inscrit un penalty face au PSG en Champions league, et marqué face à West Ham lors de l’avant dernière journée de Premier League.

    Avec une telle armada, nous avons beaucoup de chances de trouer les filets des gardiens de Chypres et d’Israël !

  • Serbie – Belgique : 0-3 … « What else » ?

    Serbie Belgique 0-3

    © Belga (retouche photo Antonin Kaminski)

    Il faut remonter à 1997 pour trouver une victoire belge chez un concurrent direct (l’Autriche de 2011 ayant alors plus un statut d’outsider potentiel). Durant ces 15 années, les diables nous ont davantage déçu que fait vibrer. Depuis hier, la certitude s’installe : cette équipe-là peut aller très loin. Même au-delà de Rio.  

     

    Cette plantureuse victoire à Belgrade fera encore couler beaucoup d’encre, dans les mois et années à venir. Les motifs de satisfaction sont nombreux.

     

    En premier lieu, de l’autre côté du terrain, ce n’était pas Andorre, Saint-Marin, ou les îles Féroé (avec tout le respect, bla bla bla). C’était  une équipe solide et efficace que nous avons terrassé dans son propre stade, et qui fut uniquement coupable d’un relâchement en fin de rencontre. Les Serbes ont immédiatement mis la pression, faisant parler leur vitesse et perforant notre défense à quelques occasions. Frappant même le poteau de Thibaut Courtois dès la deuxième minute. On se disait alors qu’il serait difficile de garder le 0-0. Mais après avoir subi durant une vingtaine de minutes, la Belgique a mis le nez à la fenêtre, timidement d’abord, avant d’un coup d’un seul, d’assommer la Serbie sur un contre remarquablement mené. De moins en moins dangereux au fil des minutes, nos adversaires ont échoué à remonter au score, pêchant par frustration. Reconnaissons qu’ils auraient pu mener au score à la mi-temps. La chance fut de notre côté, et on a envie de dire : enfin ! Pour une fois, ce sont les diables qui la donnent, la leçon de réussite.

     

    Deuxièmement, on a senti le cœur de cette équipe, un seul cœur battant pour faire courir onze paires de jambes. Par le passé, les phases offensives belges pouvaient sembler brouillonnes, improvisées. Hier, les trois buts en noir-jaune-rouge ont résulté de phases remarquablement préparées. On pense au centre millimétré de Kevin de Bruyne qui donne l’ouverture du score à Christian Benteke, on pense aussi à cette magnifique remontée de terrain en une touche de balle, qui offre le 0-3 à Mirallas. Du caviar, qu’on croyait inaccessible, et réservé à une élite footballistique. Sur cette dernière action, l’attaquant d’Everton se trouvait peut-être en position de hors-jeu … mais pour une fois que les aléas du football tournent en notre faveur, va-t-on s’en plaindre ? Et quoi qu’il en soit, le match était déjà plié.

     

    Troisièmement, en matière d’individualités, nous disposons d’un talent rarement observé dans l’histoire de notre football. Pour preuve, l’absence d’un titulaire indiscutable comme Marouane Fellaini ne s’est pas faite remarquée. Ce qui risque de donner à notre sélectionneur matière à se creuser la tête; lui qui pensait avoir son 11 de base bien défini… comment remettre Kevin de Bruyne sur le banc, après le match qu’il nous a fait hier ? Ce garçon est une pépite, possède un sens du jeu des plus affûtés, et a de l’or dans les pieds. Impliqué sur les deux premiers buts belges, il marque et fait marquer. En voilà un qui risque fort de percer du côté de Stamford Bridge avant Romelu Lukaku. Ce pauvre Romelu qui, à présent, voit sa place de titulaire en pointe menacée par Christian Benteke, auteur d’une partie plus que satisfaisante. Quelque peu décevant face aux Croates le mois dernier, le nouveau sociétaire d’Aston Villa fut décisif, apportant à notre attaque le poids qui lui avait fait défaut ces derniers temps. Et au passage, nous voilà rassurés : il n’y a pas que nos défenseurs qui marquent.

     

    Parlons aussi des autres. Vincent Kompany et Axel Witsel ont à nouveau sorti une prestation quatre étoiles. Eden Hazard a réussi à se débrouiller, et a raté une immanquable occasion de but parce que le gardien serbe a fait l’arrêt du match. Son joker de luxe, Dries Mertens, semble être un de ces remplaçants indispensables, pour continuer à se créer des occasions en fin de match. Derrière, Thibaut Courtois est toujours là lorsqu’on se met à trembler ; on peut compter sur lui pour fermer les brèches. Seul Jan Vertonghen nous a paru un peu fébrile, distancé plus qu’à son tour. Heureusement, ce fut sans conséquence. Car oui, autre motif de satisfaction : la défense a tenu bon et n’a commis aucune bourde !

     

    Nous pouvons être confiants, plus qu’à n’importe quel instant de ces 15 dernières années. Mais évitons de tirer des plans sur la comète. Parce que la Croatie n’est pas distancée. Parce que mathématiquement, toutes les équipes du groupe peuvent encore se qualifier. Même l’Ecosse, que nous affrontons ce mardi. Mais ces mêmes mathématiques font des Diables les grands favoris de cette rencontre. En effet : nous venons de battre la Serbie 0-3. Cette même Serbie qui a écrasé le Pays de Galles 6-1. Ce même Pays de Galles qui, hier, est venu à bout de l’Ecosse par 2 buts à 1. Alors franchement, si respecter son adversaire est une chose, en avoir peur en est une autre. A moins d’un excès de confiance, ou d’une immaturité retrouvée, on ne voit pas comment ces diables-là peuvent perdre ce prochain match.

     

  • Quels diables rouges changeront d’air en 2011 #1?

    diables Rouges équipe

    © Belga

    Durant la trêve estivale, un seul mot est sur toutes les lèvres « transfert », pour ce mercato beaucoup de diables rouges sont sur les tablettes des recruteurs.

    • Tout d’abord parlons de Eden Hazard. Bien qu’il bénéficie d’un contrat longue durée à Lille, on parle de lui du côté du FC Barcelone… Nul doute qu’après sa saison en or beaucoup de clubs lorgnent sur le prodige belge, mais il faudra sans doute ouvrir grand le portefeuille pour acquérir ses services surtout que les dirigeants l’ont qualifié « d’intransférable ».

    • Ensuite il y a Axel Witsel qui a clamé haut et fort qu’il n’avait plus rien à gagner avec le standard, bien que les dirigeants de value8 (candidats au rachat du Standard) ait souhaité garder le médian. La piste du Milan AC semble de plus en plus s’éloigner…

    • Lukaku est cité avec insistance du côté de Chelsea. Même si tout n’est pas bouclé, il est presque certain qu’Anderlecht va vendre son attaquant vedette (à Chelsea ou un autre club) afin de bénéficier du pactole reçu pour monter une équipe compétitive pour la saison à venir

    • Jean Fraçois Gillet sur le point d’évoluer en D2 avec Bari, pourrait quant à lui rejoindre Palerme et donc rester en D1 Italienne.

    • Moussa Dembele est dans le collimateur de pas mal de clubs mais tout porte à croire que Fulham veut le garder après avoir refusé une offre de 10 millions de livres venant de Tottenham.

    • Logan Baily a officiellement les portes ouvertes vers un autres club, il n’est plus dans les plans des dirigeants du Monchengladbach. Un retour en Belgique semblerait opportun, mais Monchengladbach ne bradera pas son joueur ont annoncé parallèlement les dirigeants…

    • Kevin De Bruyne est aussi cité du côté de Chelsea. Lui aussi sera difficile à conserver à Genk après une saison en beton.

    • Steven Defour, courtisé chaque année est dans le collimateur du Spartak, de la lazio, de Genoa et de Man U. Malgré qu’il ait re-signé pour une longue durée le standard n’est pas à l’abri d’une proposition qui ne se refuse pas…

    • Jelle Vossen est aussi cité à l’étranger et à Everton où il pourrait rejoindre Marouane Fellaini.

    • Jan Vertonghen est quant à lui pisté par le Barça. Ses prestations solides avec l’Ajax ne laissent personne indifférent. Sacré champion avec l’Ajax il pourrait chercher un autre défit ailleurs.

    • Yassine El Ghanassy, a lui été cité du côté des Citizen de Manchester… Où prestent déjà deux de ses compatriotes Vincent Kompany et Dedryck Boyata.

    • Jonathan Legear a lui aussi été cité partant du côté du Terek Grozny… va-t’il imiter Boussoufa et migrer vers l’ex URSS?

    En tout cas les Diables rouges sont au centre de toutes les convoitises, les performances de l’équipe nationale et l’avènement de nouveaux grands espoirs du football belge doivent y être pour beaucoup.
    Un feuilleton à suivre dans les semaines et mois à venir, on se retrouve bientôt pour un autre point sur les transferts des diables rouges!

    Et vous quels diables voyez vous changer de club durant ce mercato estival?

  • 5 diables champions de Belgique 2011

    Genk champion

    © Belga (retouche photo Antonin Kaminski)

    Jelle Vossen, Marvin Ogunjimi, Anthony Vanden Borre, Thibaut Courtois et Kevin De Bruyne font partie de cette formidable équipe championne de Belgique cette année. Avec respectivement 22, 23, 23, 19 et 19 ans ces quatre joueurs font irrémédiablement partie de l’avenir de nos diables.

    Thibaut Courtois est le plus jeune d’entre eux. Pour sa première saison pro, il est le seul joueur du championnat a avoir bénéficié dans son équipe de 100% de temps de jeu. Grand artisan du titre des Limbourgeois, il a à de maintes reprises effectué des arrêts décisifs. Jamais encore titularisé en équipe belge, il constitue indéniablement un titulaire en devenir.

    Kevin De Bruyne est à seulement 19 ans un grand espoir du football belge. Comme beaucoup de ses coéquipiers à Genk, il est une révélation de la saison. Avec ses 12 assists et ses 5 goals cette saison, il bénéficie de solides stats, le rapprochant de joueurs comme Mbark Boussoufa. Il est avec Eden Hazard et Axel Witsel un très grand espoir pour le milieu de terrain de notre équipe nationale.

    Ogunjimi - Vossen, avec 15 buts pour Marvin et 20 pour Jelle c’est LE duo de choc de notre championnat cette saison. Cela faisait longtemps que nous n’avions plus vu un duo d’attaquants belges aussi prolifiques.

    Jelle vient de clôturer la saison de sa vie, durant laquelle il s’est vraiment révélé après trois saisons moyennes. En quelques mois, il est devenu un titulaire indiscutable au sein de l’attaque des diables rouges.

    Marvin s’est aussi révélé cette saison, après ne pas avoir marqué un seul but lors de ses trois premières saisons pro. Son prêt au RKC Waalwijk (Pays Bas) lui permit d’ouvrir son compteur personnel, et les deux saisons suivantes passèrent sans faire de bruit. Il inscrit néanmoins les 2buts de la victoire en finale de la coupe de Belgique 2009. Sa très bonne saison 2010-2011 lui ouvre les portes de l’équipe nationale, où il a déjà marqué trois fois en trois matches.

    Anthony Vanden Borre, quant à lui, est déjà plus connu au sein de l’équipe nationale. Avec ses 22 matches (depuis 2004) , il est souvent resté un éternel espoir, sans vraiment confirmer les attentes placées sur lui. Son retour en Belgique, après un passage en Italie puis en Angleterre, est un succès, avec ce titre de champion à la clef.

Date de naissance

Le 28/06/1991 à Gand

Poste(s) de prédilection

Milieu offensif

Spécialité(s)

Coup-francs

Taille et poids

1,80 m pour 68 kg

Première sélection

19/05/2010 contre la Bulgarie (victoire 2-1)