Photo du diable rouge Marvin Ogunjimi

Marvin Ogunjimi

Les joueurs de l'équipe nationale belge de football

Marvin Ogunjimi, ce diable rouge

Quoi de neuf sur ce Diable de Marvin Ogunjimi

  • Belgique – Turquie, ou l’histoire d’un match nul compromettant

    Belgique Turquie

    © Le Soir

    Le match le plus important de ces dix dernières années, celui qu’il fallait absolument gagner, s’est soldé par un partage. Trop de pression sur les épaules de ces jeunes joueurs, ou peut-être trop d’assurance au coup d’envoi ? Quoi qu’il en soit, voici les diables au pied du mur : ils n’ont plus leur sort entre leurs mains.

    Tout avait pourtant parfaitement commencé. Dès la 3e minute, suite à un mouvement collectif rondement mené, Ogunjimi marque son 4e but pour les diables. A cet instant, on pense partir vers une victoire facile. D’autant qu’au quart d’heure, sur un coup de coin d’Alderwereld, Vertonghen à bout portant manque le 2-0. Mais au lieu de n’être que partie remise, c’est en fait déjà la balle de match. Dès la 22e, Arda se joue d’une défense belge particulièrement statique pour s’infiltrer dans le rectangle, et remettre en retrait pour Yilmaz qui fusille Mignolet. Première action turque, premier but, et nouveau cadeau de la défense belge dans ces qualif. Après ce coup de massue, les diables se montreront trop fébriles, à l’image de Vertonghen qui, une minute après le goal turc, ne cadre pas sa magnifique tête. Réclamé par tout un pays, Eden Hazard ne se montrera pas décisif. Sa seule percée, certes remarquable, se termine par un tir au dessus de la latte. Son remplacement par Dries Mertens apporte un nouveau souffle aux Diables. Le petit feu follet d’Utrecht est crocheté dans le rectangle à la 73e. Witsel s’impose comme tireur, mais loupe le but qui aurait libéré tout un pays : c’est toujours 1-1. Une dernière frappe de Mertens ne changera pas ce résultat décevant.

    Tout le monde s’accorde à dire que cette équipe est la meilleure que la Belgique ait connu depuis des années. Cet énorme potentiel ne doit pas être remis en question suite à ce match nul certes décevant, mais qui, avec un peu plus de réalisme, se serait terminé par une victoire. On peut reprocher à l’équipe d’avoir manqué de vision de jeu, promenant trop souvent la balle de gauche à droite, à la recherche d’une ouverture. Ce manque d’incisivité s’est traduit sur le terrain par un manque d’occasions ; les Belges monopolisaient le ballon, mais tiraient peu au but. Quant à la défense, elle est clairement coupable sur l’égalisation, une telle statique collective étant impardonnable à ce niveau. La présence de Van Buyten sur le terrain aurait peut-être changé la donne ; c’est, sans doute, la question que s’est posée Georges Leekens après le match. Un Leekens qui, au passage, accorde aujourd’hui à sa crédibilité internationale un peu de répit. Le monde réclamait Hazard, Georges le lui a donné. Si pour le même score final, le surdoué lillois avait débuté la rencontre sur le banc, l’entraîneur fédéral aurait été lynché. Mais fallait-il, pour autant, le retirer à l’heure de jeu, et laisser sur le terrain un Nacer Chadli peu à son aise ?

    Enfin, fallait-il qu’Axel Witsel tire le penalty au lieu de Timmy Simmons, lequel fait indéniablement preuve de plus de bouteille et de discipline que le médian liégeois ? Autant de questions qui méritent d’être posées, autant de petites erreurs que cette talentueuse génération doit apprendre à éviter, si elle veut enfin faire rêver tout un peuple, et continuer à remplir le stade Roi Baudouin comme elle l’a fait ce vendredi.

     

    Belgique – Turquie, vendredi 3 juin 2011, faits de match:
    3′: Sur une floche d’un défenseur turc à la 3e minute, Hazard récupère, passe à Defour, qui centre au bout du rectangle pour Chadli. Le joueur de Twente remet de la tête dans les pieds de Ogunjimi qui s’y reprend à deux fois pour tromper Volkan Demirel. 1-0

    15′: Coup de coin d’Alderwereld au 2e poteau, Vertonghen à bout portant manque sa reprise du genou

    22′: Arda transperce le flan gauche de notre équipe, se promène dans le rectangle sans être inquiété, remet en retrait pour Yilmaz qui fusille Mignolet. 1-1.

    25′: Sur coup de coin, Vertonghen esseulé place une tête qui lèche le poteau turc.

    45′: A la reprise, Vermaelen remplace Vertonghen.

    58′: percée d’Eden Hazard, qui tire au dessus du but. Suite à cette action, le jeune prodige est remplacé par Mertens.

    73′: Mertens est accroché dans le rectangle. Witsel botte le penalty au dessus.

    78′: Mertens cadre une frappe que Demirel détourne.

  • 5 diables champions de Belgique 2011

    Genk champion

    © Belga (retouche photo Antonin Kaminski)

    Jelle Vossen, Marvin Ogunjimi, Anthony Vanden Borre, Thibaut Courtois et Kevin De Bruyne font partie de cette formidable équipe championne de Belgique cette année. Avec respectivement 22, 23, 23, 19 et 19 ans ces quatre joueurs font irrémédiablement partie de l’avenir de nos diables.

    Thibaut Courtois est le plus jeune d’entre eux. Pour sa première saison pro, il est le seul joueur du championnat a avoir bénéficié dans son équipe de 100% de temps de jeu. Grand artisan du titre des Limbourgeois, il a à de maintes reprises effectué des arrêts décisifs. Jamais encore titularisé en équipe belge, il constitue indéniablement un titulaire en devenir.

    Kevin De Bruyne est à seulement 19 ans un grand espoir du football belge. Comme beaucoup de ses coéquipiers à Genk, il est une révélation de la saison. Avec ses 12 assists et ses 5 goals cette saison, il bénéficie de solides stats, le rapprochant de joueurs comme Mbark Boussoufa. Il est avec Eden Hazard et Axel Witsel un très grand espoir pour le milieu de terrain de notre équipe nationale.

    Ogunjimi - Vossen, avec 15 buts pour Marvin et 20 pour Jelle c’est LE duo de choc de notre championnat cette saison. Cela faisait longtemps que nous n’avions plus vu un duo d’attaquants belges aussi prolifiques.

    Jelle vient de clôturer la saison de sa vie, durant laquelle il s’est vraiment révélé après trois saisons moyennes. En quelques mois, il est devenu un titulaire indiscutable au sein de l’attaque des diables rouges.

    Marvin s’est aussi révélé cette saison, après ne pas avoir marqué un seul but lors de ses trois premières saisons pro. Son prêt au RKC Waalwijk (Pays Bas) lui permit d’ouvrir son compteur personnel, et les deux saisons suivantes passèrent sans faire de bruit. Il inscrit néanmoins les 2buts de la victoire en finale de la coupe de Belgique 2009. Sa très bonne saison 2010-2011 lui ouvre les portes de l’équipe nationale, où il a déjà marqué trois fois en trois matches.

    Anthony Vanden Borre, quant à lui, est déjà plus connu au sein de l’équipe nationale. Avec ses 22 matches (depuis 2004) , il est souvent resté un éternel espoir, sans vraiment confirmer les attentes placées sur lui. Son retour en Belgique, après un passage en Italie puis en Angleterre, est un succès, avec ce titre de champion à la clef.

Date de naissance

Le 12/10/1987 à Malines

Poste(s) de prédilection

Spécialité(s)

Taille et poids

1,84 m pour 82 kg

Première sélection

08/10/2010 contre le Kazakhstan (victoire 0-2)